Open de Rennes - KAREN, la solution de covoiturage en ligne

L’Open de Tennis de Rennes (22-28 janvier 2018) est un événement international qui met en présence des joueurs du top200 du tennis. Ses organisateurs ont voulu en faire aussi un événement pour l’enseignement supérieur rennais, en proposant un tournoi étudiant, mais aussi en mettant en valeur les compétences professionnelles des étudiants. C’est ainsi qu’une quinzaine d'étudiants de l’ISTIC, encadrés par Olivier Ridoux (professeur de l'ESIR), participent à l’organisation en développant une plateforme de covoiturage et un système de supervision des régies son, lumière et média.

Logo Karen

Les utilisateurs finaux de la plateforme de covoiturage sont les spectateurs de l’Open. La plateforme leur permet de partager leurs véhicules, mais aussi de faire connaissance. Pour cela les étudiants ont développé une application web mobile adaptée aux circonstances de l’Open : dates et lieux d’arrivée connus d’avance. La version de l’application mise en place pour l’Open 2018 sera observée pendant la semaine de l’événement afin d’en tirer des enseignements pour une version 2019 qui rendra encore plus de services.

Les utilisateurs du système de supervision sont les bénévoles et les professionnels qui gèrent les équipements son, lumière et multimédia mis en place pour l’occasion. Ce sont des acteurs de l’ombre. Les équipements viennent de plusieurs prestataires et ne sont pas interconnectés. Les synchroniser se fait au jugé et mobilise trop d’acteurs. L’organisation de l’Open a donc proposé aux étudiants de l’ISTIC de réfléchir à un moyen de centraliser les commandes de tous ces équipements. La première difficulté a été de comprendre les pratiques des différents prestataires et de les convaincre de se laisser superviser ! Ça n’a pas pu être possible à 100 %, et les étudiants déploieront donc une solution partielle, ce qu’on appelle un produit minimum viable dans le jargon de l’innovation.

Ces projets n’ont eu que peu de temps pour être développés, de septembre à janvier, mais grace à une bonne combinaison d’agilité et de rigueur, les étudiants ont pu produire une première version opérationnelle pour l’Open 2018. Ils espèrent qu’elle fera suffisamment envie pour pouvoir développer une solution plus complète pour 2019. Ils auront pu démontrer leurs compétences, mais aussi en acquérir de nouvelles, en particulier dans le dialogue avec les autres prestataires et avec les partenaires maîtres d’ouvrage, ou product-owners dans le jargon de l’agilité.